10e anniversaire : Notre deuxième invité dans la série d'interviews – Dr Laurence

Interview de Maude Girard – Traduction d'Alice Binnington – Action for Development – ​​Juillet 2021

Le Dr Laurence parle de ses expériences dans le pays, de ses observations et réflexions à ce sujet.

Laurence Laumonier-Ickx est médecin et professionnel de la santé publique qui travaille en Afghanistan depuis environ 40 ans. Longtemps, elle a vécu dans les villages du pays ; elle s'intéresse à la population, la culture et les pratiques.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours ?

En 1980, j'étais volontaire pour Aide Médicale Internationale, puis Sciences de Gestion pour la Santé. De 1980 à 1986, j'ai effectué des missions médicales dans les zones rurales d'Afghanistan. De 1986 à 1994, j'étais basé au Pakistan pour contribuer au développement d'un système de santé en Afghanistan. En février 2002, je suis retourné à Kaboul pour démarrer un nouveau projet de développement sanitaire. Depuis, je soutiens le ministère de la Santé pour améliorer le système national de santé. Nous travaillons sur la santé maternelle, néonatale, infantile et adolescente, ainsi que sur la nutrition, la tuberculose et les produits pharmaceutiques.

Quand avez-vous découvert l'Afghanistan et dans quel contexte ?

J'ai découvert l'Afghanistan au début de la guerre soviétique et j'y suis allé pour éduquer des gens qui pourraient travailler une fois partis. Bien sûr aussi pour fournir des soins de santé. J'ai vu des femmes mourir à la maison parce que personne ne les a amenées à l'hôpital. J'ai vu une population avec une résilience incroyable et surprenante. Une population fière de sa culture, dotée d'un savoir-faire et d'un savoir-faire qui m'ont profondément marqué, non seulement en tant que médecin mais en tant qu'être humain.
Je ne pouvais pas avoir d'étudiantes. Mais les femmes du village m'ont demandé de leur donner des cours d'enseignement général. Ils avaient soif d'apprendre, voire d'accepter les concepts que je leur présentais, qui étaient totalement opposés à tout ce qu'ils avaient entendu. C'était parce qu'il y avait de la confiance entre eux et moi, simplement parce que j'étais là pour eux.

Comment avez-vous été perçue, vu que vous étiez une femme et une étrangère ?

Vous devez vous « agenouiller ». Tu n'es plus une femme. J'ai eu des gens qui m'appelaient Dr Laurence. Par exemple, lorsque nous quittions le Pakistan pour le Panjshir, nous avions 200 moudjahidine, 200 mules et une femme. J'étais donc déguisé en homme. Mon rôle était d'effectuer une mission médicale. Alors je me suis présenté comme un médecin. C'était simple pour tout le monde, pour les hommes comme pour les femmes

Quels types de constats avez-vous fait sur l'éducation, l'accès à la santé ou la place des femmes ?

Lorsque nous avons eu cette conversation sur les priorités - vous pouvez imaginer, 2002, tout a été détruit dans la fuite des talibans, et nous commençons à établir des priorités. Nous commençons une nouvelle ère dans une atmosphère d'espoir, d'ouverture, et enfin l'avenir s'ouvre.
Le ministère de la Santé s'est concentré sur les enfants de moins de cinq ans et sur les femmes. Ils avaient un soutien technique venant de l'extérieur ; le soutien, comme vous le savez, était important à l'époque et l'est encore aujourd'hui.

Comment réagissent les gens autour de vous lorsque vous parlez de vos expériences en Afghanistan ?

De loin, ce sont des barbus qui gardent leurs femmes à la maison, ils sont ci, ils sont cela. Mais quand on habite dans un village, on se rend compte que la mère a du pouvoir sur tous les garçons. La femme fait le budget ; vous voyez son mari faire les courses au bazar, elle lui donne une liste de choses à acheter. Ce sont ces petits détails qui vous montrent que c'est comme à la maison !

Avez-vous un rêve, un espoir ou une vision pour l'Afghanistan ?

L'espoir que les femmes aient les connaissances dont elles ont besoin pour leur propre santé et celle de leurs enfants. Ainsi que des connaissances suffisantes pour faire les choses nécessaires – utiliser la contraception, éviter toutes complications pendant la grossesse, emmener leurs enfants malades au centre de santé à temps. Voilà, c'est le rêve d'un médecin. Mais je ne suis qu'un médecin.

Lire l'interview complète ici