You are currently viewing Inclusion and Education: the impact on girls
Des enfants des rues afghans prennent des notes lors d'un cours de langue dari organisé par une ONG locale, Action for Development, le 20 mai 2017 à Kaboul, Afghanistan.

Inclusion et éducation : l'impact sur les filles

INCLUSION ET ÉDUCATION

Ecole pour enfants des rues – Kaboul, Afghanistan

Par Elena Moroni, chargée des relations extérieures et Maria Catenacci, spécialiste de l'éducation, à Action for Development (AfD)

 

Cet article prend en considération la perspective de genre vers l'inclusion dans l'éducation, en se concentrant sur l'accès des filles à l'éducation en Afghanistan. En particulier, nous nous concentrons sur le programme « l'école pour les enfants des rues » d'Action for Development à Kaboul, qui vise à offrir un accès égal à l'école aux garçons et aux filles les plus marginalisés de la communauté.

Conformément à son mandat, le rapport GEM 2020 évalue les progrès accomplis vers l'Objectif de développement durable 4 (ODD 4) sur l'éducation et ses dix cibles ; le rapport aborde également l'inclusion dans l'éducation, en attirant l'attention sur toutes les personnes exclues de l'éducation, en raison de leurs antécédents ou de leurs capacités.

L'éducation des filles est une stratégie universellement acceptée pour améliorer la vie et faire avancer le développement. La scolarisation des filles est associée à de nombreux résultats démographiques, notamment un âge plus avancé au moment du mariage ou de la formation d'une union, une fécondité plus faible et une meilleure santé des enfants.

Les filles instruites peuvent faire des choix éclairés – et parmi une bien meilleure gamme d'options. L'éducation des filles sauve des vies et renforce les familles, les communautés et les économies.

Souvent, les filles sont marginalisées et ne sont pas scolarisées simplement parce qu'elles sont des filles et que ce n'est pas la norme culturelle. Leurs chances d'obtenir une éducation de qualité sont encore plus faibles s'ils viennent d'une famille pauvre, vivent dans une zone rurale ou ont un handicap.

Les filles sont quatre fois plus susceptibles de ne pas être scolarisées que les garçons du même milieu. Les filles les plus pauvres sont également celles qui ont le moins de chances d'achever l'école primaire.

Il existe souvent des pratiques juridiques, religieuses et traditionnelles discriminatoires à l'égard des filles ayant la possibilité d'obtenir une éducation.

Barriers to girls’ education include:

  • Pauvreté et travail des enfants
  • Prendre soin des membres de la famille
  • Conflits et urgences
  • Mariage d'enfants et grossesse
  • Invalidité
  • Normes culturelles et religieuses

Voici quelques-uns des avantages de donner aux filles une chance égale d'être éduquées :

  • Croissance économique
  • La connaissance de la santé améliore la santé des enfants
  • Des familles plus petites et plus durables
  • Moins de filles dans les mariages d'enfants
  • Plus de compétences pour être des leaders

Selon le rapport annuel 2019 de l'UNICEF, 3,7 millions d'enfants ne sont toujours pas scolarisés en Afghanistan, dont 60 % de filles ; ce qui signifie que 2,2 millions de filles d'âge scolaire ne sont actuellement pas scolarisées. Selon le rapport GEM 2020 : en Afghanistan, moins de 80 filles pour 100 garçons terminent l'école primaire ; au niveau secondaire supérieur, les taux d'achèvement des hommes étaient plus de deux fois supérieurs aux taux d'achèvement des femmes ; les taux d'alphabétisation des femmes sont d'environ 30 % ou moins.

Action for Development a lancé, en 2016, un programme d'éducation dédié aux enfants travaillant dans la rue à Kaboul, où l'on estime que 60 000 enfants sont engagés dans le travail des enfants.

Exposées à la pauvreté et aux abus, obligées de travailler dans la rue pour subvenir aux besoins de leur famille, un nombre élevé de filles ne vont pas à l'école. « Les conflits et la violence ont particulièrement exposé les femmes et les filles à des abus, notamment à la violence sexiste. La pratique du mariage des enfants reste répandue dans le pays. Les pratiques culturelles néfastes entraînent souvent l'imposition de règles strictes de ségrégation entre les sexes et une mobilité restreinte, compromettant ainsi l'accès à l'éducation »[1].

Les écoles de l'AfD offrent aux garçons et aux filles marginalisés de Kaboul la possibilité de fréquenter une école semi-formelle inclusive où ils peuvent acquérir des compétences de base en lecture, écriture et calcul, ainsi que des connaissances en dessin, pratiques et techniques.

Suite à la pandémie de COVID19, les écoles de l'AfD ont été contraintes de fermer entre mars et juin 2020 ; les cours ont repris au centre « Kart-e-Char » de l'AfD le 11 juilletth, et un nouveau site a été ouvert dans le quartier de « Den-Afghanan ». Les cours au centre de soins de santé complet de l'AfD à « Qusaba » n'ont pas encore repris. Le nombre d'élèves et le nombre de cours dispensés par jour ont été modifiés en raison des mesures de santé publique.

En conséquence, nous avons actuellement 2 chambres au centre Karte-Char et au centre Den Afghanan. Les enfants suivent un cours quotidien de 2 heures en 4 petits groupes de 10/13 dans chaque classe. Notre capacité totale réelle est donc d'environ 200 enfants.

Asma est étudiante à l'école de l'AfD ; à la reprise des cours, elle a déclaré à son professeur : « J'ai eu des jours très difficiles pendant le confinement ; Je devais travailler dans la rue, même si j'avais peur du coronavirus, je devais travailler. La nuit, je faisais des cauchemars au sujet de tomber malade, nous ne pouvions pas nous permettre des soins de santé et nous n'avions pas de nourriture adéquate à manger. Quand je travaillais dans la rue, j'avais peur de contracter le virus. Quand j'ai appris que l'école avait rouvert, j'étais très heureuse, j'avais à nouveau espoir dans la vie et dans les études, j'ai décidé de venir ici. À l'école, on se désinfecte les mains et on nous fournit un masque, et on mange aussi sainement. De cette façon, j'ai l'énergie de travailler et de subvenir aux besoins de ma famille. Merci d'être là et de nous aider.

« En Afghanistan, les femmes étaient presque totalement absentes des manuels scolaires de première année publiés dans les années 1990. Depuis 2001, elles sont représentées plus fréquemment, mais généralement dans des rôles passifs et domestiques, représentées comme mères, soignantes, filles et sœurs. Ils sont majoritairement représentés comme dépendants, l'enseignement étant la seule carrière qui leur est ouverte. De nombreux postes d'enseignants seraient obtenus par la corruption ou le népotisme. Les obstacles financiers et autres à l'entrée peuvent effectivement bloquer les candidats issus de divers milieux socio-économiques et peuvent également exacerber les disparités entre les sexes.

Pour 100 enseignants de sexe masculin dans le pays, il y a 66 enseignants de sexe féminin. Cela crée un obstacle à l'éducation des filles dans les régions où les valeurs traditionnelles interdisent aux filles d'être instruites par des hommes.[2]

La stratégie de l'AfD en faveur de l'égalité des sexes comprend également la formation d'enseignantes ; en fait, les écoles de l'AfD emploient actuellement un personnel entièrement féminin, y compris la coordonnatrice du programme et les enseignants de l'école. Les enseignants de l'AfD consacrent une partie de leur emploi du temps à la sensibilisation de la communauté à l'importance de la scolarisation des filles.

Le programme sportif de l'école, introduit en 2018 et ouvert à la participation des filles en 2019, offre aux filles la possibilité de s'entraîner avec une équipe de football entièrement féminine.

Les enfants qui fréquentent les écoles de l'AfD acquièrent les compétences nécessaires pour les aider, eux et leurs familles, à sortir du cycle de la pauvreté ; en même temps, ils ont la possibilité d'accéder à l'éducation formelle et de réintégrer la société.

Les filles instruites améliorent leur vie et celle de leur communauté, faisant progresser l'intégration des femmes dans la main-d'œuvre et l'égalité des sexes.

Le rapport GEM 2020 nous rappelle que, quel que soit l'argument contraire, nous avons un impératif moral de garantir every child has a right to an appropriate education of high quality.

« Les pays doivent s'efforcer de rendre les écoles plus inclusives pour tous les élèves, quels que soient leurs antécédents, leurs capacités ou leur identité. Cela nécessite de meilleures installations sanitaires dans les écoles, une plus grande attention à la violence sexiste en milieu scolaire, y compris en ligne, et des politiques encourageant les filles enceintes à retourner à l'école. Le message d'inclusion résonne fortement à un moment où COVID-19 a exacerbé les inégalités »[3].

Pour en savoir plus sur le programme d'éducation de l'AfD : http://www.actfordev.org/education/and to make a donation: https://www.globalgiving.org/projects/support-education-for-marginalized-children-kabul-afd/

[1]https://www.unicef.org/afghanistan/media/5116/file/English%20.pdf

[2]https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000374514

[3]https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000374514

Laisser un commentaire